Imprimer Texte plus gros Texte plus petit



La foi en action
> Liste des Modèles en archives > Modèle de la semaine

Un modèle d'action

Prophètes de notre temps !

Modèles en archives

...tantôt de grands noms
connus mondialement,

tantôt des témoins
qui rayonnent
dans un milieu donné.

Chacun à sa manière
nous interpelle
comme un reflet du Christ.Lavement des pieds
Chacun nous invite à répondre
à l'amour que Dieu nous porte
en nous mettant
au service des autres.

 

Vital-Justin Grandin, missionnaire dans le Nord-Ouest du Canada

Vital-Justin Grandin
1829-1902
_____________

Missionnaire
dans le Nord-Ouest
du Canada
____________

Déclaré Vénérable en 1966

______________________________________________________

"Dieu a choisi ce qu’il y a de faible dans le monde"
Vidal-Justin Grandin

________________________________________________________________________________

Brève biographie de Vital-Justin Grandin

Vidal- Justin Grandin est né le 8 février 1829 à Saint-Pierre-de-la-Cour, en France.

Son père, Jean Grandin, fut successivement aubergiste, agriculteur et boucher.
Sa mère se nomme Marie Veillard.

Il est le neuvième enfant de la famille et a passé une grande partie de son enfance à Aron.

Il fut gardien de moutons chez son oncle durant quatre ans.

Vital-Justin se sentit appelé à la vie religieuse étant très jeune.

De 1846 à 1850, avec l'aide du curé d'Aron, il entre au petit séminaire de Précigné dans le désir de devenir prêtre.

De 1850-51, il prend la décision de devenir missionnaire et entre au grand séminaire du Mans et fit sa philosophie et un peu de théologie.

Vidal-Justin a une santé fragile et de plus il est affligé d’un zézaiement prononcé, ce qui causa son refus au séminaire.

L'année qui a suivi, il fait son entrée au séminaire des Missions étrangères de Paris.

Misssionnaire Chez les Oblats de Marie-Immaculée

Le 28 décembre 1851, il rejoint les Missionnaires Oblats de Marie-Immaculée et débute son noviciat au collège Notre-Dame-de-l'Osier.

Le premier janvier 1853, il fait son oblation à Notre-Dame de l'Osier et étudie
la théologie au grand séminaire de Marseille.

_________________________________________________________________________

En 1852, le père Pierre-Henri Grolier O.M.I.
originaire de Montpellier en France, arrive à St-Boniface.
Il était le premier missionnaire catholique à avoir rencontrer les populations du nord-ouest canadien.

Le père Grolier a créé le victoriat apostolique d'Athabasca.
Il est décédé en 1864.

Ni le père Grolier, ni le père Grandin n'ont reçu de formation adéquate au séminaire pour fonctionner auprès des autochtones dans leur mission d'évangélisation.

Ce fut difficile pour eux d'abord d'apprendre la langue amérindienne et de s'adapter
à leurs coutumes
.
_________________________________________________________________________

Le 14 janvier 1853, après deux années d'études, Vital-Justin Grandin est ordonné prêtre par Mgr. Eugène Mazerod.


Celui-ci est évêque de Marseille et fondateur des "Missionnaires Oblats de Marie Immaculée".

Ce sera le point de départ d'une vaste évangélisation qui se poursuivra dans l'ouest du Canada, aux États-Unis et ailleurs.

Mgr Mazerod fut canonisé en 1995 par le pape Jean-Paul II.


_______________________________________________________________________

En juin 1841, Vital-Justin a recu Mgr Bourget, jeune évêque de Montréal qui est à la recherche de missionnaire.
Ce dernier repartira avec six missionnaires.
_______________________________________________________________________

Le 26 mai 1854, le Fondateur Mgr Mazenod écrit au père François Bermond
«Je vous envoie l’excellent père Grandin; il a toutes les vertus et les qualités pour faire un bon missionnaire et il part avec tant de dévouement et de bonne volonté qu’il est impossible que le bon Dieu ne se serve pas de lui pour faire le bien dans la mission à laquelle sa bonté l’appelle. Pour des missions si difficiles et si pénibles, je n’enverrais pas un sujet qui ne s’en soucierait pas...
Cette fois, le père Grandin seul s’est présenté, ne redoutant pas la rigueur du froid».

Mgr Mazerod envoie donc le père Grandin dans le nord-ouest de l'Amérique.

La vie d'un grand missionnaire


Le 24 juin 1854, le Père Grandin arrive à St-Boniface au Manitoba et sera affecté l'année suivante à la mission de La Nativité, au fort Chipewyan en Alberta.

Pour se rendre, il dut traverser 700 lieues.
Au terme de ce voyage, il rencontre le Père Henri Faraud et le frère Alexis Reynard
qui l'accueillent dans une hutte en bois.

_________________________________________________________________________

En septembre 1857, le père Grandin quitte le fort Chipwyan pour l'Ile-à-la-Crosse (Saskatchewan) et là, il adopte deux jeunes orphelins, avec l'objectif de les instruire et de construire un noyau d'un clergé autochtone.
_________________________________________________________________________


Alexandre-Antonin Taché est né le 23 sept 1823, à Fraserville appelé maintenant Rivière-du-Loup au Québec.

Il avait été envoyé en mission au Nord-Ouest canadien
et fut nommé évêque par le pape Pie IX en juin 1850 et devint l'évêque de Saint-Boniface.

Le 11 décembre 1857, le pape Pie X signa les bulles qui nommaient le père Grandin évêque de Satala. Il résidera à l'Ile-à-la-Crosse.

En 1858, Mgr Taché fait les représentations nécessaires pour la nomination d'un coadjuteur.
_________________________________________________________________________

 

Le 30 novembre 1859, alors qu'il n'avait que 28 ans,Vidal-Justin Grandin fut sacré évêque à Marseille en France par Mgr Mazenod, le même qui l'avait envoyé en Amérique.

Grandin choisit comme devise
"Dieu a choisi ce qu’il y a de faible dans le monde".

De retour au Canada, l'Évêque repartit pour ses glaciers
de l'Ile-à-la-Crosse et y arriva le 4 octobre 1860.

Mgr Taché vient rencontrer Mgr Grandin et ensemble, ils jettent les bases pour établir un victoriat dans le bassin de Mackenzie.

En juin 1861, Grandin entreprend d'abord une longue tournée dans son immense diocèse qui s'étend jusqu'au 66e degré de latitude nord, habité par les Montagnais.

Il choisit un emplacement pour la mission "Fort Providence" dans les Territoires
du Nord-Ouest en attendant la venue d'un évêque résident.

Le long voyage durera jusqu'en août 1864 et Mgr Grandin rentra à l'Ile-à-la-Crosse.

Accompagné de métis et d'Indiens, Mgr Grandin défriche un chemin pour ravitaillements de ses missions à travers la forêt de Calton par le Lac-Vert, ce à partir de Saint-Boniface.
C'était un travail de Titan.
_________________________________________________________________________


Le 1er mars 1867, un incendie détruit les bâtiments de l'Ile-à-la-Crosse.
Grandin se relève et fait 300 lieues pour raconter ce désastre à Mgr Taché
et demander des secours.

Il obtint mieux que des secours en argent car neuf missionnaires s'embarquent
à Brest avec Mgr Grandin pour continuer l'oeuvre commencée.
_________________________________________________________________________


En 1868, Mgr Grandin fut nommé Vicaire des missions par le père Joseph Fabre, supérieur religieux des Oblats du Vicariat des missions de Saskatchewan. Il le restera jusqu'en 1897.

Suite à un concile à Québec, un nouveau diocèse est fondé.
Mgr Grandin hérite du diocèse de Saint-Albert qui représente deux fois la superficie
de la France.

Le 22 sept. 1871, Mgr Grandin est nommé évêque de Saint-Albert.

Il visitera son diocèse à plusieurs reprises et devra affronter plusieurs problèmes:
pauvreté, soucis de l'avenir de nouveaux arrivants blancs, éducation des métis, etc.

Il travaillera surtout avec des Cris et des Pieds-Noirs, des tribus Grecs et des Assiboines.

En 1897, Mgr Grandin fut remplacé par Mgr Émile Legal et demeurera évêque coadjuteur jusqu'à sa mort.

En 1890, il eut la consolation d'ordonner un prêtre Métis.

Le 21 janvier 1900, Mgr Grandin inaugure le petit séminaire de la Sainte-Famille
à Saint-Albert.

Défenseur acharné pour la cause des Indiens et des Métis

Mgr Grandin devait se dépenser sans ménagement pendant plus de cinquante ans, alors que le médecin annonçait qu'il ne supporterait pas même la première traversée.

Il fut un défenseur acharné pour la cause des Indiens et des Métis et fit de nombreux voyages pour défendre leur cause.

Il désirait le meilleur pour ses concitoyens et envoya des jeunes au collège de Saint-Boniface et dans les séminaires de la province de Québec.

_________________________________________________________________________


En vieillissant, Mgr Grandin souffrit de maux d'oreilles, d'abcès et d'infections.

Il est décédé le 3 juin 1902.
Son corps repose dans la cathédrale d'Edmonton.

 


Sa cause de béatification
fut introduite à Rome
le 24 février 1937.
___________________________________

Le 15 décembre 1966, Justin-Vidal Grandin
est proclamé Vénérable par le pape Paul VI.



________________________________________________________

Source: Site du dictionnaire biographique du Canada - Site des Oblats de Marie-Immaculée - Site Patrimoine Québec - Wikipédia - Photos sur le Web.

_____________________________________________________________________________________________
Recherche et conception: Réjean Vigneux
Révision: Marielle Lefebvre