Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

La foi en action
> Témoignage de la semaine > témoignages en archives
Texte plus gros Texte plus petit

Témoignage de la semaine

Merci à tous ceux qui nous envoient un témoignage!

En témoignant de ce que le Seigneur
a fait dans notre vie,
nous contribuons à faire connaître
sa présence et son action,

et c'est Lui que nous louons.

 

Christ du cursillo

"Que votre lumière brille!
Qu'elle soit placée sur le boisseau!
Afin que tous ceux qui la voient
rendent gloire à votre Père
qui est dans les cieux."

(Mt 5, 15-16)

 

Cliquez ici pour nous envoyer votre témoignage

Pape Jean-Paul II 1990"Voilà votre rôle dans l'Église: créer des noyaux de croyants qui portent le message du salut de tous côtés, en faisant valoir le poids de votre opinion non pas par l'imposition mais par la force de votre témoignage".

Jean-Paul ii, Ultreya d'Italie en 1990

Dieu compte sur toi Cliquez sur l'image pour voir le diaporama

Raymonde Savard

Ma mission en Amérique du Sud

P. Juan Desjardins, s.s.s.
Venezuela


De passage à Montréal, le secrétaire de la belle revue De Colores me demande un court article sur ma mission en Amérique du Sud. Je ne puis lui refuser: vous comprendrez pourquoi un peu plus bas. 

carte venezuelaLe 7 avril 1967, j'arrivais à Maracaibo (Venezuela) pour m'unir aux autres religieux du St-Sacrement qui oeuvraient déjà dans la paroisse San José, depuis 1948. Auparavant, j'avais vécu à Rome la dernière session du Concile Vatican II: j'avais approfondi certains documents et expérimenté les premiers pas de la réforme liturgique. J'arrivais donc en ce pays, nouveau pour moi, avec tout mon enthousiasme de jeune. Effectivement, mon service pastoral devait s'orienter particulièrement auprès des jeunes. Je parvins à les rassembler très nombreux dans une "communidad juvenil" qui assurait une messe dominicale fort dynamique. Cela devait durer quatre ans. 

Suivant le dicton que "Dieu sait écrire droit avec des lignes courbes", le 13 septembre 1971, j'étais transféré comme curé à la paroisse "Corazôn de Jesùs", dans le diocèse de Cabimas situé sur la côte est du grand lac de Maracaibo. L'évêque ne pouvait pas - et il en était conscient - me confier une paroisse plus difficile: la population était révoltée à cause du changement de curé, l'église était inachevée et dans un état lamentable, et il n'y avait pas de presbytère! En quelques semaines, la population se calma; en mars 1972, l'église était achevée et pouvait accueillir les fidèles dans un décor chaleureux et de bon goût; en mai suivant, la paroisse avait son presbytère. Réaliser tout cela en si peu de temps, dans un pays en voie de développement, cela relevait du miracle. 

Je dois ici souligner une présence indispensable à mes côtés, celle du P. Loyola Gagné, s.s.s. Le Seigneur a voulu me le prêter pour un temps seulement mais il a été tellement efficace que l'on a pu réaliser tous les travaux nécessaires à l'embellissement du temple et à l'acquisition d'un presbytère en un temps record et, surtout, sans aucune dette! Il devait démontrer par la suite la même efficacité comme secrétaire général à Rome et, plus tard, comme secrétaire national du Mouvement des Cursillos, dont il est un pilier discret. Personnellement, je suis demeuré dans cette paroisse durant seize ans.

Le 13 avril 1987, mon Supérieur hiérarchique sollicite mon retour au Canada. Ce fut un déchirement. J'ai obéi avec l'intuition de subir un martyre. Durant deux ans, j'ai tenté de m'acclimater à nouveau; j'ai prêché des retraites à la maison de l'Alliance (au diocèse de Trois-Rivières) qui auront sans doute produit des fruits. Mais je me sentais comme un poisson hors de l'eau. En juin 1989, je puis enfin retourner au Venezuela: quelle joie ! 

fatima Le 6 août de la même année, l'évêque du diocèse de Cabimas où je suis retourné me nomme curé à la paroisse Notre-Dame de Fàtima dans la petite ville pétrolière de Bachaquero. Cela semblait bien éloigné, mais peu importait: j'étais de nouveau dans mon pays d'adoption, parmi les gens que j'aimais. L'évêque me nommait dans l'espoir que j'arriverais à détruire le mauvais sort qui pesait sur cette paroisse: huit curés en dix ans (avec tous les scandales possibles), et un noyau d'intrigues permanentes... Avec l'aide de Dieu et de la Vierge Marie, j'arrivai à transformer la paroisse en peu de temps. Tout comme à Cabimas, je commençai par restaurer le temple afin que les fidèles puissent prier sur de la beauté. Ensuite je m'efforçai de construire une communauté jeune et dynamique.

Depuis maintenant plus de onze ans que je suis là et le bilan est assez positif: malgré de nombreuses embûches, on a pu réaliser l'agrandissement de l'église devenue incapable d'accueillir tous les fidèles qui y venaient. De l'avis des connaisseurs, c'est une église très jolie dans le style des églises coloniales, chaude et accueillante. Nous l'avons inaugurée le 13 octobre 2000 et la Vierge nous a fait elle-même un très beau cadeau: très heureuse de voir tous ses fidèles rassemblés le jour de sa fête, elle a  levé les yeux et nous a souri (des photos ont été prises qui en rendent témoignage).

Notre-Dame de FatimaJe pourrais parler encore d'autres transformations qui se sont opérées dans la paroisse, comme celle de la desserte de San Benito qui accueille bien du monde et celle du Lycée paroissial qui est redevenu un modèle dans le diocèse. La dévotion des gens à Notre-Dame de Fàtima est éclairée et ne surpasse jamais celle à l'Eucharistie qui occupe le choeur de l'église avec un retable sur la Dernière Cène. La statue miraculeuse de Notre-Dame de Fàtima est située dans une chapelle latérale. Et il est émouvant de voir comment tous les fidèles, à la fin de la messe, se tournent spontanément vers la statue de la Vierge pour lui réciter le Salue Regina. Retour à une très ancienne tradition de la messe latine qui se terminait par cette prière.

En conclusion, malgré tant de souffrances, je suis un homme heureux parce que j'ai une grande et belle famille que le Seigneur m'a confiée et surtout, parce que je bénéficie d'une présence extraordinaire de Marie, la Mère de Dieu. Je vous invite à offrir une prière pour tous les missionnaires d'Amérique du Sud.