Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

Formation > Étude de la bible > Évangile de Jean vulgarisé

Texte plus gros Texte plus petit

Évangile de Jean vulgarisé

Extraits de "Jean m'a parlé de son ami Jésus", par Roger Gauthier, o.m.i.

À chaque semaine,
vous trouverez ici
un épisode de
l'Évangile selon
Saint Jean.

Il est reformulé
dans un langage populaire dans le but de nous aider à découvrir le Christ comme Jean a pu le percevoir.

Pour en savoir plus
sur le sens de
cette réécriture
ou voir le contexte
de l'article en cours
cliquer ici.

Document sans nom

Une visite à des amis

Six jours avant la Pâque, il se rapprocha de Jérusalem. Il voulait rendre visite à ses amis de Béthanie, Marthe, Marie et le Lazare qu’il avait ramené à la vie. Pour eux ce fut la fête!

Onction, Marie de BéthanieIls organsinèrent un grand dîner à la hauteur de leur amitié. Comme toujours, c’est Marthe qui servait. Lazare accueillait les nombreux invités, tout heureux de voir quel air pouvait avoir un ressuscité et de manger à la même table que celui qui avait fait le miracle. Comme de coutume aussi, Marie s’occupait du confort de Jésus et l’écoutait toujours avec la même admiration. Au début du repas, elle apporta une livre d’un parfum rare et de grand prix, fabriqué par elle et qu’elle souhaitait depuis longtemps offrir en hommage à Jésus. Elle le versa sur ses pieds qu’elle essuya avec ses cheveux. Toute la maison fut remplie de ce parfum.

Au milieu de l’émerveillement des convives, il y eut une note discordante : Judas Iscarioth, l’un de nous, (qui devait livrer son Maître dans quelques jours), exprima son désaccord avec une telle dépense : « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum trois cents deniers qu’on aurait pu donner aux pauvres? » Nous étions choqués, mais pas surpris de cette intervention; en fait, Judas n’avait aucun souci des pauvres, mais étant chargé des affaires économiques pour le groupe des disciples, il dérobait souvent l’argent amassé et l’utilisait selon des buts personnels. Pour Jésus, ce n’était pas le temps de briser la fête par une réprimande à Judas qui se détachait de plus en plus de notre groupe malgré les efforts de douceur et de compréhension de notre Ami qui espérait toujours se l’attacher. Il se contenta donc d’adoucir le malaise par un appel à aimer : « Laissez-la! Elle a accompli une coutume respectable en prévision de mon ensevelissement. Des pauvres, vous en aurez toujours à secourir, mais moi, je ne suis pas avec vous pour toujours ».

À Jérusalem, la rumeur avait vite couru que Jésus était à Béthanie, ce qui avait provoqué la venue d’une foule de gens qui désiraient rencontrer non seulement ce Jésus dont tout le monde parlait mais aussi Lazare qu’il avait ramené de la mort à la vie. Pour les grands prêtres la situation s’aggravait. On nous a dit qu’ils décidèrent de faire mourir aussi Lazare : il rassemblait trop de gens autour de Jésus de sorte que la masse des disciples grossissait sans cesse. Imprévisible Jésus! Le lendemain de la fête, il décida de quitter Béthanie pour éviter de mettre dans le trouble ses amis qui l’avaient entouré de tant d’affection. Mais aussi, il nous parut pressé de se rendre à Jérusalem afin d’y compléter sa mission qu’il pressentait sur le point de s’achever.

___________
Source de l'image: L'onction de Jésus par Marie de Béthanie:
Les Christadelphes

Sommaire