Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

Formation > Étude de la bible > Évangile de Jean vulgarisé

Texte plus gros Texte plus petit

Évangile de Jean vulgarisé

Extraits de "Jean m'a parlé de son ami Jésus", par Roger Gauthier, o.m.i.

À chaque semaine,
vous trouverez ici
un épisode de
l'Évangile selon
Saint Jean.

Il est reformulé
dans un langage populaire dans le but de nous aider à découvrir le Christ comme Jean a pu le percevoir.

Pour en savoir plus
sur le sens de
cette réécriture
ou voir le contexte
de l'article en cours
cliquer ici.

Document sans nom

Jésus a connu sa mission par Jean le Baptiste

Jean m’a dit que sa compréhension sur la mission de Jésus lui est d’abord venue par ce qu’on lui a dit de Jean le Baptiste. Ce cousin de Jésus était devenu une personne populaire et surtout dérangeante pour Jean-Baptiste prêchantcertaines gens de Jérusalem. Il rassemblait des foules au bord du Jourdain, tout près du désert, et prophétisait la venue prochaine d’un Messie qui libérerait le Peuple de Dieu de toute domination païenne. Or les autorités religieuses officielles, à Jérusalem, ne toléraient pas facilement que Dieu passe par d’autres que par eux pour annoncer ses projets! De plus, ces gens avaient peur que les autorités romaines soient mises en alerte en entendant parler de « libération du Peuple de Dieu ». Il faut dire aussi que certaines paroles du Baptiste agaçaient les autorités politiques locales, surtout Hérode, qui essayaient de l’intimider.

Un jour, des prêtres et des lévites furent mandatés par les grands de la capitale pour rencontrer Jean le Baptiste et l’obliger à se compromettre devant les foules venues l’entendre. Arrivés sur place, ils l’écoutèrent parler un moment comme s’ils étaient intéressés à son enseignement, puis sur un ton faussement sympathique, ils lui demandèrent comment il se situait dans l’histoire des hommes de Dieu. Jean répondit bien simplement: « Je ne suis ni le Messie, ni Élie, ni un Prophète ».

Après des échanges qui n’arrivaient pas à le compromettre, les envoyés s’impatientèrent et le pressèrent de questions en disant qu’ils devaient rapporter une réponse claire à Jérusalem qui déciderait de sa crédibilité: « Qui es-tu? Pourquoi baptises-tu? Que devons-nous dire à ceux qui nous ont envoyés? Que dis-tu de toi-même? » La réponse de Jean fut humble et sans ambiguïté; il dit : « Moi, mon action est très limitée avec mes appels à la conversion au bord du Jourdain. Comme l’a dit le prophète Esaïe : Je suis la voix de celui qui crie dans le désert : aplanissez le chemin du Seigneur ». C’était vraiment insatisfaisant pour des pharisiens tatillons qui désiraient le déstabiliser aux yeux de la foule. Ils continuèrent à le harceler : « Si tu n’es ni le Messie, ni Élie, ni le Prophète du dernier temps, pourquoi baptises-tu? » Jean leur répondit : Moi, je baptise dans l’eau; mais il y a quelqu’un qui vit ici même, au milieu de tout le monde, que vous ne connaissez pas encore. Il va se manifester bientôt et je me sens tout petit devant lui ». Les envoyés durent quitter sans réussir à tourner la foule contre lui.

JeanBaptiste s'inclinant devant JésusDès le lendemain de ce témoignage, Jean le Baptiste voit Jésus venir vers lui. Saisi par ce que l’Esprit lui révèle intérieurement, il clame solennellement : « Voici celui que Dieu nous envoie pour libérer le monde du mal qui le contamine. Hier, je vous ai parlé d’un homme qui existait bien avant moi et que vous ne connaissiez pas, eh bien le voici, il est là devant vous. En vérité, je ne le connaissais pas, moi non plus, mais c’est en vue de son arrivée sur terre que je vous faisais mes appels à la conversion sur les bords du Jourdain ». Encore tout bouleversé par cette rencontre, il ajoute ces paroles prophétiques : « Voilà maintenant que j’ai vu l’Esprit de son Père, sous les apparences d’une colombe, descendre du ciel et se poser sur lui. Je vous assure que je ne le connaissais pas avant aujourd’hui. Celui qui m’a donné ma mission m’avait fait comprendre ceci : Celui sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est lui qui transformera le monde. Et moi, je peux vous affirmer qu’il est, lui, le Fils de Dieu ».

Jean-Baptiste derrière JésusPendant que Jean le Baptiste continuait ses appels à la conversion, André, - qui était l’un de ses disciples, - m’a dit plus tard avoir vu Jésus se retirer discrètement de la foule. Il semblait songeur. Sans doute s’est-il mis à retourner en tout sens des paroles qu’il accueillait comme prophétiques, mais que son cœur humain devait ruminer pour en connaître tout le sens. Que pouvaient-elles signifier pour sa vie future? D’après André, Jésus a dû passer la nuit chez des amis proches de là, car il fut de retour assez tôt le lendemain. Il se tenait au milieu des gens comme un homme ordinaire. Tout en parlant à la foule, le Baptiste l’observait. Tout à coup, mû encore une fois par l’Esprit de Dieu, il s’écria, en le désignant du doigt : « C’est lui qui va solutionner le problème du mal dans le monde; c’est lui que symbolisait jadis l’agneau chargé de nos péchés et chassé au désert lors du sacrifice d’expiation; c’est lui aussi que présageait l’agneau partagé par nos ancêtres au repas qui terminait leur esclavage en Égypte ».

Sommaire