Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

La foi en action
> Témoignage de la semaine > témoignages en archives
Texte plus gros Texte plus petit

Témoignage de la semaine

Merci à tous ceux qui nous envoient un témoignage!

En témoignant de ce que le Seigneur
a fait dans notre vie,
nous contribuons à faire connaître
sa présence et son action,

et c'est Lui que nous louons.

 

Christ du cursillo

"Que votre lumière brille!
Qu'elle soit placée sur le boisseau!
Afin que tous ceux qui la voient
rendent gloire à votre Père
qui est dans les cieux."

(Mt 5, 15-16)

 

Cliquez ici pour nous envoyer votre témoignage

Pape Jean-Paul II 1990"Voilà votre rôle dans l'Église: créer des noyaux de croyants qui portent le message du salut de tous côtés, en faisant valoir le poids de votre opinion non pas par l'imposition mais par la force de votre témoignage".

Jean-Paul ii, Ultreya d'Italie en 1990

Dieu compte sur toi Cliquez sur l'image pour voir le diaporama

Ce qui me tient le plus à coeur

Ce qui me tient le plus à coeur

Raymond Barbe

 

 

Raymond Barbe
Animateur spirituel à St-Hyacinthe


J'ai vécu mon premier cursillo en 1985..

C'était à Saint-Jérôme. Ce fut pour moi le lieu de belles et grandes découvertes qui ont vraiment coloré toute ma vie. Je dois avouer que j'ai d'abord été plutôt résistant à la perche que m'ont tendue mes confrères Fernand Pigeon et Raymond Coulombe, d'heureuse mémoire, déjà cursillistes, dont je partageais le quotidien à Rosemère. Je ne voyais vraiment pas ce que ça pouvait m'apporter de plus. Mais j'ai fini par mordre, et ce fut le plus beau oui de ma vie.

Ma grande découverte, en cette première fin de semaine, je la résumerais ainsi: «Si je n'ai pas l'amour, je ne suis rien»; si mon amour n'est pas humainement chaleureux, il n'est qu'un mot; si mon accueil n'est pas inconditionnel et non jugeant, il n'existe pas! Cela rejoignait tellement ce qu'on disait des premiers chrétiens: ceux d'à côté qui les regardaient vivre ne pouvaient s'empêcher de dire: «Voyez comme ils s'aiment!», et non pas: Voyez comme ils sont sérieux! Voyez comme ils prient bien! Voyez comme ils sont fidèles à la loi! Non! «Voyez comme ils s'aiment!» Rien de mieux pour changer le monde! Ce qui me tient le plus à coeur dans le Cursillo, c'est cet amour donné et reçu dans une joie rayonnante.

Marthe Robin Et avec mes neuf ans d'engagement comme animateur spirituel diocésain à Saint-Hyacinthe, et ma présence toujours émerveillée à toutes les fins de semaine, cette conviction n'a fait que s'approfondir et se  confirmer. C'est parce que, dans le Cursillo, tout baigne dans l'amour et dans la joie, dans l'accueil inconditionnel et non jugeant que «ça marche toujours», que l'Esprit (qui est Amour!) est visiblement toujours à l'oeuvre, provoque chaque fois les plus belles résurrections et donne fortement le goût de la communion et de la mission.

Pendant mes trois années d'engagement au niveau national francophone, j'ai réalisé encore davantage que la grande force du Cursillo, c'est l'amour, un amour alimenté et nourri par toutes les belles rencontres interdiocèses, un amour «de toutes les couleurs», toujours le même dans une formidable diversité, un amour fait d'ouverture où la créativité l'emporte sur les structures, où la personne prend toujours plus d'importance que le cadre ou la norme. Ce qui me tient à coeur dans le Cursillo, c'est le regard qu'il porte sur la mission: une contagion, le plus souvent silencieuse et joyeuse, où l'on déteint plus que l'on atteint, où l'on attire plus que l'on convainc, où l'on aime plus que l'on enseigne.

En bref, et plus concrètement, mais dans la lumière de ce qui précède, ce qui me tient vraiment à coeur dans le Cursillo aujourd'hui, c'est:

– sa capacité de rassembler et de mettre en communion;

– sa vision renouvelée du monde et de l'Église;

– son apport efficace à bâtir l'Église qui vient;

– son regard amoureux sur Dieu et sur l'humain;

– son attachement profond au Christ;

– son préjugé toujours favorable face à tout et à tous.

Le Cursillo m'a personnellement fignolé, amélioré. Mon souhait c'est que d'autres, beaucoup d'autres, aient la même chance, le même bonheur: voilà pourquoi le parrainage me tient tellement à coeur!

De colores! 

Raymond barbe est décédé le 26 mai 2012