Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

Formation > Étude de la Bible > Réflexion chrétienne sur l'Évangile dominical > Tableau des 3 années
Texte plus gros Texte plus petit

Réflexion chrétienne sur l'Évangile de dimanche prochain

Réflexion sur l'évangile dominical par le Père Yvon-Michel Allard, s.v.d., directeur du Centre biblique des Missionnaires du Verbe Divin, Granby, QC, Canada. Nous publions sa réflexion une semaine à l'avance pour aider ceux qui se préparent à témoigner sur cet évangile.

D’où vient ma foi?





Jn 2, 1-12

Les noces de Cana -

 

Il y avait un mariage à Cana en Galilée. La mère de Jésus était là. Jésus aussi avait été invité au repas de noces avec ses disciples.

Or, on manqua de vin; la mère de Jésus lui dit: «Ils n'ont pas de vin.» Jésus lui répond: «Femme, que me veux-tu? Mon heure n'est pas encore venue.» Sa mère dit aux serviteurs: «Faites tout ce qu'il vous dira.»

Or, il y avait là six cuves de pierre pour les ablutions rituelles des Juifs; chacune contenait environ cent litres. Jésus dit aux serviteurs: «Remplissez d'eau les cuves.» Et ils les remplirent jusqu'au bord. Il leur dit: «Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas.» Ils lui en portèrent. Le maître du repas goûta l'eau changée en vin. Il ne savait pas d'où venait ce vin, mais les serviteurs le savaient, eux qui avaient puisé l'eau. Alors le maître du repas interpelle le marié et lui dit: «Tout le monde sert le bon vin en premier, et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu'à maintenant.»

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C'était à Cana en Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui.

 

2e dimanche ordinaire - C

photo du Père Allard


Ils n’ont plus de vin

 

À travers les textes de la fête de Noël, de la visite des Mages, du baptême de Jésus et des Noces de Cana, la liturgie nous offre différentes «manifestations» (épiphanies) de Jésus. Ces fêtes lèvent le voile sur sa véritable identité et nous révèlent graduellement «qui est cet homme».

«Il y eut des noces à Cana de Galilée, et la mère de Jésus y était.  Jésus aussi fut invité, ainsi que ses disciples»

Au temps de Jésus, les noces duraient sept jours. Il faut nous rappeler qu'en Palestine, la vie était extrêmement rude et difficile. Les gens travaillaient beaucoup et vivaient pauvrement. Ils souffraient de nombreuses maladies et avaient recours à une médecine primitive et peu efficace. L'hygiène était minimale et la famine menaçait constamment. La vie était accompagnée d’une grande insécurité. De nombreuses guerres rendaient la vie dangereuse, incertaine et précaire. Dans ce genre de société, les fêtes étaient peu nombreuses, mais on les célébrait avec beaucoup d’enthousiasme et de joie. Elle apportait de la fraternité et de la chaleur humaine dans un monde rempli de souffrances. Chez ces pauvres, pour qu'une fête réussisse, il fallait une forme d'extravagance, de surabondance et de folle libéralité. L’excès était à ordre du jour : «Six cuves de pierre, chacune d’environ cent litres».

Le projet de Jésus se définit avant tout par la fête, symbole de transformation et de plénitude, face à la grisaille et à la dureté de la vie quotidienne.

Dans la routine souvent triste et ennuyante, les gens retrouvaient le sens positif du travail, de l'amour, de la naissance, de la communauté et de la vie,.

Noce de CanaLorsque Jean écrit cette page d’évangile, ça fait quelque 70 ans que les chrétiens se rassemblent, «le jour du Seigneur», autour de la table eucharistique. Il n’a donc pas l’intention nous raconter un fait divers. C’est un texte plein de spiritualité et de théologie. Vous remarquerez que, dans cette histoire de noces, l’épouse n’est même pas mentionnée et l’époux n’apparaît que très brièvement à la fin de l’épisode. Ce qui intéresse Jean, c’est Jésus qui apporte le vin nouveau. C’est une image que l’on retrouve partout dans l’Ancien Testament : «Le Seigneur va donner un banquet pour tous les peuples, un festin de viandes grasses et de vins capiteux.» (Isaïe 25, 6 ; Amos 9, 14 ; Osée 2, 4, etc.)

Il semble que pour chaque couple humain, il peut arriver ce qui s’est passé à Cana. La vie en commun commence avec enthousiasme et dans l’amour réciproque. Avec le temps, cet enthousiasme s’évapore et souvent le couple est menacé d’ennui, de désaccords et parfois d’échec complet. Le «vin qui manque» est le symbole de toutes ces carences profondes. Il existe plein de situations humaines où nous ne pouvons plus rien. Tout manque, il ne semble pas y avoir de solution viable.

Les textes d’aujourd’hui proposent une solution aux difficultés que nous rencontrons à mesure que les années s’écoulent : Inviter Jésus à la noce afin qu’il fasse parti de la maison, qu’il change l’eau insipide de la routine en un amour renouvelé, basé sur la compréhension, le pardon et la solidarité.

Dans ce récit des noces de Cana, Marie devient pour nous un modèle de foi. Elle est la vraie chrétienne qui fait confiance à Jésus : «Tout ce qu’il vous dira, faites-le». La formule est d'apparence banale. Or, c'est une citation de l’Ancien Testament : «Tout le pays d'Égypte souffrit de la faim, et le peuple demanda à grands cris du pain à Pharaon, mais Pharaon dit à tous les Égyptiens: «Allez à Joseph, et tout ce qu'il vous dira, faites-le» (Gen 41,55). Joseph va régler vos problèmes de famine. Ceci se passait une quinzaine de siècles avant Jésus-Christ !

L’eucharistie que nous célébrons chaque dimanche nous rappelle les noces de Cana : la présence du Christ, ses paroles, le miracle du vin. L’eau insipide de notre vie peut être changée en vin de joie, de paix et de fête.

Si nous restons seuls, notre vie devient souvent un fardeau, mais si le Christ nous accompagne, il change notre eau en vin, et nous reprenons goût à la vie.

Notre Dieu n’est pas le Dieu de la montagne, il n’est pas le grand horloger  de Voltaire, lointain et désintéressé, mais l’Emmanuel, le Dieu-avec-nous, le Dieu de la fête, de la noce, le Dieu de l’amour, de la tendresse, de la joie et de la paix, le Dieu qui nous offre son vin nouveau.

Il a été vin nouveau pour les bergers de Bethléem ; pour les chercheurs de Dieu venus du soleil levant ; pour Marie-Madeleine, la prostituée ; Zachée, le collecteur d’impôts ; la Samaritaine aux cinq maris ; Pierre le renégat; la femme adultère condamné à être lapidée ; Nicodème, le vieil homme un peu désabusé ; le voleur condamné à la crucifixion… et des milliers d’autres à travers les âges…

Une alliance nouvelle et des temps nouveaux! Voilà ce que Jésus inaugure en cette fête de noces.

Jésus peut être vin nouveau pour vous et moi, si seulement nous l’invitons à la noce !

 

 

Source des images: Méditation, par Rembrandt, Musée du Louvre.