Imprimer Texte plus gros Texte plus petit


La foi en action > Choix de textes sur l'évangélisation des milieux > François, va et répare ma maison
Texte plus gros Texte plus petit

François, va et répare ma maison

 

La non-violence : une attitude du cœur

La non-violence: style d’une politique pour la paix

... SUITE, p.3 et fin

_____________________________________________________________

Pouvons-nous, aujourd'hui encore, croire à la PAIX ?...

Construire un monde meilleur

Le Vatican ne cesse d'y inviter tous les chrétiens... depuis le Pape Paul VI jusqu'au Pape François qui a lancé un appel vibrant dès le début de 2017.

Voici la 3ème et dernière partie du Message du Pape François à l'occasion de la 50ème Journée Mondiale de la Paix, le 1er janvier 2017.

_____________________________________________________________

La non-violence : une attitude du cœur

Le Pape Benoît XVI disait:

Être aujourd’hui de vrais disciples de Jésus signifie adhérer également à sa proposition de non-violence.

Et il ajoutait avec une grande force :

« Pour les chrétiens, la non-violence n'est pas un simple comportement tactique, mais bien une manière d'être de la personne, l'attitude de celui qui est tellement convaincu de l'amour de Dieu et de sa puissance, qu'il n'a pas peur d'affronter le mal avec les seules armes de l'amour et de la vérité.

Justement, l’évangile du " aimez vos ennemis "  est considéré comme «la magna charta de la non-violence chrétienne »; il ne consiste pas « à se résigner au mal […] mais à répondre au mal par le bien, en brisant ainsi la chaîne de l'injustice ».

Et le Pape François continue:

La non-violence est parfois comprise dans le sens de capitulation, de désengagement et de passivité, mais en réalité il n’en est pas ainsi.

Quelques apôtres de la non-violence

Lorsque Mère Térésa a reçu le Prix Nobel de la Paix en 1979, elle a livré clairement son message de non-violence active : « Dans notre famille, nous n’avons pas besoin de bombes et d’armes, de détruire pour apporter la paix, mais uniquement d’être ensemble, de nous aimer les uns les autres […].

Mère Térésa

Mère Térésa

La non-violence pratiquée avec détermination et cohérence a donné des résultats impressionnants. Les succès obtenus par le Mahatma Gandhi et Khan Abdul Ghaffar Khan dans la libération de l’Inde,
et par Martin Luther King Jr contre la discrimination raciale ne seront jamais oubliés.
Les femmes, en particulier, sont souvent des leaders de non-violence, comme par exemple, Leymah Gbowee et des milliers de femmes libériennes, qui ont organisé des rencontres de prière et une protestation non-violente (pray-ins) obtenant des négociations de haut niveau pour la fin de la deuxième grande guerre civile au Libéria.

Leymah Gbowee

Leymah Gbowee
Prix Nobel de la PAIX

NOTE: Pour connaître davvantage ces personnes, cliquez sur le lien sous leur photo.

 

[…] L’Église s’est engagée pour la réalisation de stratégies non-violentes de promotion de la paix dans beaucoup de pays, en sollicitant même les acteurs les plus violents dans des efforts pour construire une paix juste et durable.

Cet engagement en faveur des victimes de l’injustice et de la violence n’est pas un patrimoine exclusif de l’Église catholique, mais est propre à de nombreuses traditions religieuses pour lesquelles « la compassion et la non-violence sont essentielles et indiquent la voie de la vie ».

 

Je le réaffirme avec force :

Aucune religion n’est terroriste.
La violence est une profanation du nom de Dieu.
Ne nous lassons jamais de le répéter :
Jamais le nom de Dieu ne peut justifier la violence.
Seule la paix est sainte.
Seule la paix est sainte, pas la guerre !

Une politique non-violente prend racine dans la FAMILLE

Si l’origine dont émane la violence est le cœur des hommes, il est alors fondamental de parcourir le sentier de la non-violence en premier lieu à l’intérieur de la famille.


C’est une composante de cette joie de l’amour que j’ai présentée, en mars dernier, dans l’Exhortation apostolique Amoris laetitia, en conclusion de deux ans de réflexion de la part de l’Église sur le mariage et la famille.

 

LA FAMILLE est le creuset indispensable dans lequel époux, parents et enfants, frères et sœurs apprennent à communiquer et à prendre soin les uns des autres de manière désintéressée, et où les frictions, voire les conflits doivent être surmontés non pas par la force, mais par le dialogue, le respect, la recherche du bien de l’autre, la miséricorde et le pardon. De l’intérieur de la famille, la joie de l’amour se propage dans le monde et rayonne dans toute la société.

 

D’autre part, une éthique de fraternité et de coexistence pacifique entre les personnes et entre les peuples ne peut se fonder sur la logique de la peur, de la violence et de la fermeture, mais sur la responsabilité, sur le respect et sur le dialogue sincère.

 

En ce sens, j’adresse un appel en faveur du désarmement, ainsi que de la prohibition et de l’abolition des armes nucléaires : la dissuasion nucléaire et la menace de la destruction réciproque assurée ne peuvent pas fonder ce genre d’éthique. Avec la même urgence, je supplie que cessent la violence domestique et les abus envers les femmes et les enfants.

Le Jubilé de la Miséricorde, conclu en novembre dernier, a été une invitation à regarder dans les profondeurs de notre cœur et à y laisser entrer la miséricorde de Dieu.


L’année jubilaire nous a fait prendre conscience du grand nombre et de la grande variété des personnes et des groupes sociaux qui sont traités avec indifférence, sont victimes d’injustice et subissent la violence. Ils font partie de notre ‘‘famille’’, ils sont nos frères et nos sœurs. C’est pourquoi les politiques de non-violence doivent commencer entre les murs de la maison pour se diffuser ensuite dans l’entière famille humaine. […]

Mon invitation

[…] Jésus lui-même nous offre un ‘‘manuel’’ de cette stratégie de construction de la paix dans le Discours sur la montagne. Les huit béatitudes (cf. Mt 5, 3-10) tracent le profil de la personne que nous pouvons qualifier d’heureuse, de bonne et d’authentique. […]

C’est aussi un programme et un défi pour les leaders politiques et religieux, pour les responsables des institutions internationales et pour les dirigeants des entreprises et des media du monde entier, appliquer les Béatitudes dans leur manière d’exercer leurs responsabilités propres.
Un défi à construire la société, la communauté ou l’entreprise dont ils sont responsables avec le style des artisans de paix ;

à faire preuve de miséricorde en refusant de rejeter les personnes, d’endommager l’environnement et de vouloir vaincre à tout prix. Cela demande la disponibilité à supporter le conflit, à le résoudre et à le transformer en un maillon d’un nouveau processus .

SolidariteŒuvrer de cette façon signifie choisir la solidarité comme style pour écrire l’histoire et construire l’amitié sociale. La non-violence active est une manière de montrer que l’unité est vraiment plus puissante et plus féconde que le conflit. Tout dans le monde est intimement lié.
Certes, il peut arriver que les différences créent des frictions: affrontons-les de manière constructive et non-violente, de façon que les tensions, et les oppositions [puissent] atteindre une unité multiforme, unité qui engendre une nouvelle vie, en conservant les précieuses potentialités des polarités en opposition .

J’assure que l’Église catholique accompagnera toute tentative de construction de la paix, y compris par la non-violence active et créative. [...]

 

Les politiques de non-violence doivent commencer entre les murs de la maison pour se diffuser ensuite dans l’entière famille humaine.

En conclusion

Conformément à la tradition, je signe ce Message le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie. Marie est la Reine de la Paix.[…]

Demandons à la Vierge d’être notre guide.

 

Tous nous désirons la paix ; beaucoup de personnes la construisent chaque jour par de petits gestes ; nombreux sont ceux qui souffrent et supportent patiemment les efforts de beaucoup de tentatives pour la construire .


Cette année, engageons-nous, par la prière et par l’action, à devenir des personnes qui ont banni de leur cœur, de leurs paroles et de leurs gestes, la violence, et à construire des communautés non-violentes, qui prennent soin de la maison commune.


Rien n’est impossible
si nous nous adressons à Dieu dans la prière.

Tous nous pouvons être des artisans de paix.

______________

Sources: www.vatican.va; Terre Sacrée
Images: Prises sur le Net

Note: Marie, Reine De La Paix, est un endroit pittoresque au pied de Signal Mountain; C'est un espace sacré qui a accueilli la messe du pape Jean-Paul II lorsqu'il a embrassé le sol de l'île Maurice.