Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

Formation > Étude de la bible > Évangile de Jean vulgarisé

Texte plus gros Texte plus petit

Évangile de Jean vulgarisé

Extraits de "Jean m'a parlé de son ami Jésus", par Roger Gauthier, o.m.i.

À chaque semaine,
vous trouverez ici
un épisode de
l'Évangile selon
Saint Jean.

Il est reformulé
dans un langage populaire dans le but de nous aider à découvrir le Christ comme Jean a pu le percevoir.

Pour en savoir plus
sur le sens de
cette réécriture
ou voir le contexte
de l'article en cours
cliquer ici.

Document sans nom

Il m'a confié sa mère

Leur travail terminé, les soldats s’étaient éloignés de la croix pour laisser un peu de place aux amis de Jésus qui l’avaient accompagné jusque là et qui désiraient lui tenir compagnie jusqu’à la fin. Il y avait sa mère qui restait debout pour partager sa force et son courage avec son fils. Il y avait aussi la sœur de sa mère, Marie, l’épouse de Clopas, Marie Madeleine et moi que Jésus avait tant aimé. Malgré son épuisement, Jésus se préoccupa de ce que sa mère deviendrait après son départ.

Voici ta mèreIl la regarda avec une infinie tendresse et il dit: « Mère, accueille Jean comme un fils pour me remplacer auprès de toi ». Et à moi : « Je te confie ma mère pour que tu la traites comme je le ferais moi-même ». Je ne pourrai jamais décrire ce que j’ai vécu à ce moment. J’aurais pleuré mais je devais être fort pour soutenir Marie. Mais c’est elle qui m’a soutenu en s’approchant de moi et en m’embrassant comme elle embrassait Jésus. Je me suis senti comme le petit frère de Jésus et j’ai pris charge de Marie qui habita chez moi jusqu’à la fin de sa vie terrestre. Jésus parut alors pacifié en son cœur.

Assemblés autour de Jésus, nous espérions tous une manifestation de puissance de sa part, de cette puissance qui avait soulagé tant de malheureux. Ça ne pouvait finir ainsi! Au moins, que les pharisiens ne sortent pas vainqueurs de cette horrible aventure. Mais plutôt que de se montrer fort, Jésus choisit de finir comme un pauvre homme: il quêta un soulagement de sa soif aigüe, causée par la crucifixion : « J’ai soif ». Un soldat trempa une branche d’hysope dans du vinaigre et la porta à sa bouche. Plus tard, je me suis souvenu que le psaume 69 avait déjà prophétisé cet appel de Jésus. Dès qu’il eut goûté le vinaigre, il eut un moment de vitalité, juste le temps de manifester que sa mission était vraiment terminée; il dit « Tout est achevé »; il inclina la tête et il remit sa vie au Père.

___________
Source de l'image: Voici ta mère: Gloria.TV

Sommaire