Imprimer Texte plus gros Texte plus petit


Formation > Choix de capsules de réflexion > Capsule de réflexion de la semaine

Texte plus gros Texte plus petit

Capsule de réflexion de la semaine

 

3 capsules Il y a des capsules qui soulagent la douleur... Il y en a qui tonifient... ou augmentent la capacité à l'effort, etc

En spiritualité,
il y a aussi de ces capsules qui font du bien!

Des capsules de sagesse qui amènent à réfléchir...
qui nous stimulent
et nous invitent
à mieux en vivre...

Ce sont de courts textes qui font appel à nos valeurs et souvent à des éléments de base de notre foi.

Nous en avons sélectionné pour vous et vous en présentons une nouvelle à chaque semaine.

La fragilité de la flûte

La fragilité de la flûte

Un peu comme l'ont fait les premiers chrétiens à leur époque, nous redécouvrons aujourd'hui combien nous sommes fragiles, combien notre situation économique est fragile, combien la vie est fragile.

Devant cette fragilité, deux attitudes sont possibles. Une première attitude consiste à dire : la vie, c'est tellement fragile, il faut la protéger le plus possible. Et alors, on se donne des règlements, on se met des armures.

L'autre attitude, qui me paraît plus près de l'Évangile, consiste à dire que notre fragilité ressemble à la fragilité de la flûte.
Une flûte, c'est plein de trous!
Pourtant, avec le souffle que j'y fais passer et le jeu des doigts, je suis capable d'en faire jaillir de la musique.
Pour revenir à la fragilité humaine, nous sommes pleins de trous comme une flûte, mais cela ne nous empêche pas d'être capables, avec le souffle de l'Esprit qui est en nous, d'entendre une musique ou de la laisser jaillir, et de la partager avec d'autres.

Au lieu de nous enfermer sur nous-mêmes comme une huître, notre fragilité devient alors une ouverture pour rejoindre la fragilité de l'autre, et établir des passerelles.

C'est ça que les chrétiens ont fait au deuxième siècle, ils étaient fragiles, ils n'étaient pas nombreux, n'étaient pas puissants, mais ils se savaient aimés de Dieu, habités par le souffle de l'Esprit, du Dieu vivant ressuscité. Ils ont été capables de voir leurs frères fragiles, et puis de bâtir des ponts avec eux, d'établir des passerelles, des fraternités concrètes.

C'est ainsi que, dans un monde compliqué, inhumain, la foi dans le Dieu vivant est demeurée vivante.

L'Église canadienne - Volume 30, numéro 9 - Octobre 1997