Imprimer Texte plus gros Texte plus petit


Formation > Choix de capsules de réflexion > Capsule de réflexion de la semaine

Texte plus gros Texte plus petit

Capsule de réflexion de la semaine

 

3 capsules Il y a des capsules qui soulagent la douleur... Il y en a qui tonifient... ou augmentent la capacité à l'effort, etc

En spiritualité,
il y a aussi de ces capsules qui font du bien!

Des capsules de sagesse qui amènent à réfléchir...
qui nous stimulent
et nous invitent
à mieux en vivre...

Ce sont de courts textes qui font appel à nos valeurs et souvent à des éléments de base de notre foi.

Nous en avons sélectionné pour vous et vous en présentons une nouvelle à chaque semaine.

Être père...

Être père...

Eshana

La fête des Pères prend une couleur et une signification différente au fil des ans. Pour les tout-petits, il y a ce dessin qu’ils préparent en classe, un gâteau, peut-être un cadeau que maman achète en cachette.

Si on demandait aux enfants : « Mais qu’est-ce qu’un père? », on entendrait peut-être :
« Le père, c’est celui qui est gentil, celui qui comprend, celui qui donne, celui qui achète, celui qui joue, celui qui enseigne, celui qui nourrit, celui qui initie, celui qui est avec la mère, celui qui vient chercher l’enfant à l’école, celui qui le conduit chez un ami, au cinéma, celui qui est présent, celui qui donne des bisous, celui qui couche l’enfant le soir en faisant le cheval ou l’avion, celui qui protège, celui qui explique, celui qui travaille fort pour que l’enfant se sente en sécurité, celui qui est rassurant, celui qui tond le gazon, celui qui répare la maison, l’auto.
Il y a aussi celui qui punit, celui qui crie, celui qui impose, celui qui domine, celui qui exige, celui qui oblige, celui qui est l’autorité, celui qui se dispute avec maman…»

C’est un gros mandat, la paternité… On attend beaucoup du père. Être père, c’est une « job » à temps plein. Or, certains n’ont pas eu la force d’y travailler toute leur vie… Certains ont surestimé leur capacité d’être père… D’autres ont donné ce qu’ils ont pu, ce qu’ils ont reçu. Mon père, c’était un être sensible qui a voulu réussir là où son père avait échoué. Mon père m’a donné la sécurité financière, l’abondance matérielle. Mon père ne m’a pas donné de câlins et ne m’a pas dit : « C’est beau ma fille » ou « Je t’aime ». Car comme il a souffert de la pauvreté, il m’a donné ce dont il avait le plus besoin. Il m’a donné ce qu’il a attendu de son père. Et la roue tourne.

La fête des Pères, c’est l’occasion de souligner l’amour, l’attachement et la reconnaissance que j’ai pour cet homme : de qui je viens, celui pour qui j’ai voulu devenir quelqu’un, celui qui me donne une histoire de vie. Celui dont je suis l’enfant.

Nos rituels: Des idées pour les moments forts de la vie