Imprimer Texte plus gros Texte plus petit
Texte plus gros Texte plus petit


Prière
> Apprendre à prier > Liste des commentaires sur la prière

Seigneur, apprends nous à prier

Commentaire de la semaine sur la prière

37p-supplication-apostolique

Jacques LoewÊtre avant tout des priants

Le premier trait distinctif de l'apôtre:
une supplication instante


par Jacques Loew *


Une âme qui a quitté Dieu - ou qui ne l'a jamais connu - ne peut d'elle-même s'introduire dans l'amitié divine, et Jésus nous le dit: "Nul ne vient à moi que mon Père ne l'attire." (Jn 6, 44). Le retournement de la conversion n'est pas une oeuvre d'homme: Dieu seul connaît les chemins qui, du dedans, mènent à Lui, ou, plus véritablement encore, Dieu seul peut entrer dans un coeur et y faire sa demeure. "Si le Seigneur ne bâtit la maison, c'est en vain que peine le maçon; si le Seigneur ne garde la ville, c'est en vain que veille la sentinelle" (Ps. 127)

prière postureNous en avons fait l'expérience cent et mille fois. Il nous faut donc comprendre que notre première tâche et notre première efficacité résident dans une supplication instante et constante auprès de Dieu pour qu'il agisse dans le secret des coeurs.

Pas un grand missionnaire qui n'ait été un homme de prière et d'intercession. "Allez en avant, et pensons à notre Sauveur", disait saint Dominique à ses compagnons de voyage: "Et on l'entendait gémir et soupirer. Où qu'il se trouvât, il parlait sans cesse de Dieu ou avec Dieu, et il exhortait les frères à agir de même", disent ceux qui faisaient route avec lui. Durant ses prières nocturnes on l'entendait gémir: "Seigneur ayez pitié de votre peuple! Que vont devenir les pécheurs? " Et quand il célébrait la messe "les larmes coulaient sur son visage en si grande abondance qu'une goutte n'attendait pas l'autre".

Saint Ignace de Loyola n'a pas d'autre arme: son extraordinaire cahier de note, qui pourrait s'intituler "livre de comptes" plus que "Journal Spirituel" enregistre en une sténographie algébrique ses pleurs durant la messe et l'oraison. Quand le texte de saint Ignace se fait plus clair il nous livre son secret: "Tout le long de la messe, très grande dévotion prolongée et beaucoup de larmes, en perdant assez souvent la parole, et toutes les dévotions et sentiments aoutissaient à Jésus."

Or saint Ignace comme saint Dominique sont au moment même de ces larmes en pleine maturité, multipliant fondations, travaux apostoliques et missions lointaines. Rien qui puisse faire penser à un attendrissement sénile. Leur attitude est la seule logique: on prie pour obtenir d'un plus grand ce qu'on sait ne pouvoir décrocher soi-même: "La moisson est abondante mais les ouvriers peu nombreux", dit Jésus; nous, nous ajouterions sans doute: il faut donc travailler double, mais le Seigneur, lui, conclut aussitôt: "Priez donc le Maître de la moisson d'envoyer des ouvriers à sa moisson" (Mt. 9, 37-38): à lui seul, ce "donc" suffirait à nous enraciner dans la prière et la parole de Jésus; sa vie, ses nuits d'oraison après ses journées d'action en sont le commentaire vivant. "

_______________

(*) Extrait de: Jacques Loew, "Comme s'il voyait l'invisible. Un portrait de l'apôtre d'aujourd'hui" , Ed. du Cerf, 1964. pp. 72-74.

_________________
Source de l'image: Partie centrale du vitrail "Notre-Dame de la Belle Verrière" de Chartres