Imprimer Texte plus gros Texte plus petit

Formation > Étude de la Bible > Réflexion chrétienne sur l'Évangile dominical > Tableau des 3 années
Texte plus gros Texte plus petit

Réflexion chrétienne sur l'Évangile de dimanche prochain

Réflexion sur l'évangile dominical par le Père Yvon-Michel Allard, s.v.d., directeur du Centre biblique des Missionnaires du Verbe Divin, Granby, QC, Canada. Nous publions sa réflexion une semaine à l'avance pour aider ceux qui se préparent à témoigner sur cet évangile.




 



Lc 17, 5-10

Les Apôtres dirent au Seigneur: « Augmente en nous la foi! » Le Seigneur répondit: « La foi, si vous en aviez gros comme une graine de moutarde, vous diriez au grand arbre que voici: " Déracine-toi et va te planter dans la mer "; il vous obéirait. 

     « Lequel d’entre vous, quand son serviteur vient de labourer ou de garder les bêtes, lui dira à son retour des champs: "Viens vite à table"? Ne lui dira-t-il pas plutôt: "Prépare-moi à dîner, mets-toi en tenue pour me servir, le temps que je mange et que je boive. Ensuite tu pourras manger et boire à ton tour." Sera-t-il reconnaissant envers ce serviteur d’avoir exécuté ses ordres? De même vous aussi, quand vous aurez fait tout ce que Dieu vous a commandé, dites-vous: "Nous sommes des serviteurs quelconques: nous n'avons fait que notre devoir." »

27e dimanche ordinaire - C

photo du Père Allard


"Seigneur, augmente en nous la foi"

 

Nous vivons dans un monde où il n’est pas facile de conserver la foi. L’évangile d’aujourd’hui nous invite à réfléchir sur ce qu’est la foi et à faire en sorte de la préserver et de la faire grandir. 

Selon Jésus, la foi est une nouvelle manière de comprendre notre existence et notre monde, de vivre mieux les relations humaines, l’amour et le travail, le succès et l’échec, la maladie, la vie et la mort. 

La foi c’est la force de Dieu qui nous accompagne et nous donne le courage de faire face à la vie et aux problèmes qui se présentent. Sans nous soustraire aux intempéries, elle nous aide à passer à travers la tempête. 

Une belle image de cette foi chrétienne se retrouve dans la scène évangélique où Jésus saisit la main de Pierre qui commence à s’enfoncer dans les eaux du lac. 

Grâce à la foi nous gardons le contact avec Dieu, notre compagnon de voyage, et nous savons que nous ne serons pas seuls à faire face aux difficultés. «Voici que je suis avec vous pour toujours, jusqu’à la fin du monde». (Mt, 28,20) 

boussoleLa foi est comme une boussole qui nous indique la direction à suivre avec la garantie que Dieu marche avec nous. 

Cette direction que nous donne la foi et cette présence de Dieu à nos côtés nous procure la paix, la sérénité, l’espérance, la sécurité, malgré tout ce qui peut nous arriver. 

 

La foi, c’est une façon de vivre, une attitude vis-à-vis la vie, une manière de comprendre ce qui se passe et qui nous permet de donner un sens à notre vie. 

La foi est un don de Dieu. Mais ce don il faut le protéger, le faire grandir

C’est ce que nous venons faire chaque dimanche au contact du Christ et au contact des autres membres de la communauté. La foi ne peut survivre si elle n’est pas alimentée. 

Nous croyons peut-être que nous n’avons pas beaucoup de foi. Le Christ nous dit : commencez avec ce que vous avez. Ensuite, organisez-vous pour la faire grandir… par la prière, la méditation, l’engagement dans la paroisse ou dans des groupes de bénévoles. Donnez de votre temps et utilisez vos talents pour aider les autres… et vous verrez que votre foi grandira. 

Cette foi que nous avons, nous devons aussi la transmettre aux autres, surtout aux enfants, aux petits enfants… 

Dans la seconde lecture de ce dimanche, nous voyons Paul qui transmet à Timothée ce don précieux, et il invite Timothée à le transmettre à son tour… 

 

La foi, c’est une façon de vivre, une attitude vis-à-vis la vie, une manière de comprendre ce qui se passe et qui nous permet de donner un sens à notre vie.

Le P. Normand Provencher, dans son livre sur l’Église d’aujourd’hui au Québec intitulé « Trop tard? », constate qu'il n'y a pas eu de véritable transmission de la foi chez nous ces derniers temps. Les enfants ne reçoivent plus ce don de leurs parents et de leurs grands parents. 

Comme toute vie, la foi a besoin de « transmetteurs » pour se perpétuer. Elle a aussi besoin d'un environnement favorable pour se développer. Cet environnement, c'est la famille. C'est aussi la communauté chrétienne.  

Noël Quesson souligne l’importance de la tradition et le rôle primordial qu’elle joue dans l’éducation des enfants. Dès son plus jeune âge, l'enfant juif participe à la mémoire de son peuple: les prières quotidiennes, le sabbat, les fêtes religieuses, les pèlerinages évoquent toute une mémoire collective dans laquelle il entre par une sorte d'imprégnation lente. 

Le problème de la transmission de la foi aujourd’hui, c'est que cette mémoire collective manque à beaucoup de nos jeunes chrétiens. C’est pourquoi ils sont ignorants de notre culture religieuse. La mémoire d'un peuple ne peut se transmettre seulement à travers les cours d'instruction religieuse. Elle doit se présenter à la jeune génération à travers la vie collective, les rites répétés, les manifestations populaires de la communauté de foi. L’individualisme actuel a tendance à étouffer et à faire disparaître notre mémoire collective.  

La foi est un don précieux. Il nous faut la protéger, l’alimenter, la transmettre et faire en sorte qu’elle influence notre vie de tous les jours. 

« Seigneur, augmente en nous la foi »